On continue en Ligne – Direct Live !

Bonjour à tou-te-s,

J’espère que vous allez bien et que le soleil est aussi présent au-dessus de vos têtes & surtout dans vos coeurs !  Nous nous retrouvons en ligne depuis la semaine dernière et malgré un internet j’imagine ultra-sollicité ces derniers jours de toute part, les connexions sont plutôt bonnes et nous permettent de réaliser ces séances en toute sérénité.

J’ai, les premiers jours je dois bien l’avouer, été beaucoup sur mon écran de téléphone à faire défiler les stories sur les réseaux sociaux, voir ce qui était proposé, sans vraiment regarder ce que c’était, en faisant « défiler » oui c’est le mot qui convient, je me suis retrouvée à être avec des grands yeux ouverts la tête penchée vers le téléphone (au lieu de l’avoir levée vers le Ciel) pendant des temps trop importants. Je me suis retrouvée avec des sentiments divers et variés, et je n’ai pas aimé ce que je ressentais en dedans.
Vendredi dernier je me suis sentie à un moment donné sur-sollicitée par toutes ces propositions, toutes ces vidéos, une déferlante de propositions je devrais même dire ; Une partie de moi était très excitée à l’idée de retrouver mes profs préférés en ligne pour pratiquer, une partie de moi se disait que j’allais pouvoir faire ceci cela, que j’allais pouvoir me faire un petit planning et enrichir mes pratiques et encore ajouter et faire ça, et avoir des journées bien remplies où je pourrais explorer tout ce qui ne m’est pas donné d’explorer dans mon quotidien car je n’en ai pas forcément le temps, ou l’élan ou la possibilité tout simplement car ces personnes ne sont pas géographiquement proche de moi. La plupart de ces propositions sont gratuites, la plupart de toutes ces personnes (y compris moi sur certaines séances) nous vous offrons la possibilité en ligne d’avoir des temps de connexion et de pratique ensemble gratuites, parce que personnellement, je ne parlerai que pour moi ici, j’ai à coeur de vouloir partager, j’ai à coeur de vouloir réunir, de continuer à créer le lien. D’autres surfent sur la vague et en profitent pour faire du « business » grâce à ce moment de vie inédit, aujourd’hui tout est possible sur internet on peut tout apprendre y compris le piano en ligne tout, tout est absolument disponible, avec quand même encore un humain de l’autre côté de l’écran, ce qui me rassure !  

Mais tout ça me pose également question, je n’ai pas encore trouvé de réponses, comment si la situation dure plusieurs semaines, nous je devrais dire je vais pouvoir vivre, maintenir mon activité ? De quoi ai-je besoin pour vivre exactement ? quels sont les besoins qui doivent être remplis ?  J’ai ressenti une forme de précipitation à devoir tout mettre en place pour être sure que rien ne change et que l’on puisse bien se retrouver pour les cours, j’ai des ami-e-s qui eux ont préféré tout arrêter, ils restent en lien avec leurs élèves mais n’ont pas eu l’envie, l’élan de faire du live ou des vidéos, déjà parce qu’au niveau logistique/technologie il faut pouvoir le faire et ensuite parce que l’essence même de l’humain, du partage, c’est de pouvoir se rencontrer, être ensemble physiquement non ?! Si le monde vers lequel on va est celui de du digital à tout prix, de rester chez soi « en ligne », ce n’est personnellement pas le monde pour lequel je souhaite oeuvrer 

J’ai lancé, entre autre, le Festi’ Thaï il y a 3 ans pour au contraire redonner sa place au toucher, pour permettre aux personnes de la communauté du Thaï en France mais pas que, de se retrouver, de pouvoir échanger dans un espace le temps d’un weekend en toute bienveillance, en toute sécurité, pour permettre à l’Amour avec un grand A de pouvoir être diffusé ! Non je ne suis pas une « hippie » en mode « spread the love » et tout ira mieux, et je ne répands pas ce message à tort et à travers. Néanmoins, je suis convaincue qu’un monde rempli de bienveillance, de solidarité, d’entraide, de conscience, d’Amour, de respect envers soi-même, envers les autres et CE qui nous entoure, serait plus doux & plus agréable à vivre. Ce que je propose à la Roche au sein de l’espace, et les différents weekends/formations que j’organise ou que j’assiste ont la même envie de partage & de connexion à la base, de créer des espaces où la transformation peut avoir lieu.
J’ai la chance d’évoluer dans une « sphère » avec des ami-e-s autour de moi, qui me permet de vivre tout cela de manière quotidienne, c’est pour cela que j’ai cette foi et cette confiance inébranlables en la Vie, et que j’accueille et accepte cette nouvelle étape avec le plus d’équanimité possible. 
Et pourtant comme je vous l’indiquais au-dessus, j’ai des questionnements par rapport à la manière dont les choses évoluent, j’ai de la colère quand j’entends ma soeur me raconter comment si peu de moyens leur sont donnés à l’hôpital pour travailler, la mission courses m’a demandé énormément d’énergie hier,  je suis pleine de sentiments divers & variés en dedans, et j’ai du mal ce matin à coucher les mots sur papier car ce n’est pas tout à fait clair ! Et qui je suis, pour pouvoir donner un avis ? qui je suis pour pouvoir me permettre de vous livre ce que je ressens. Est-ce si important que ça d’avoir chaque jour sur la toile tous ces témoignages, tous ces avis divers et variés ? Et si c’était le moment pour chacun-e d’aller voir ce qui se joue réellement à l’intérieur de soi-même ? D’être vraiment à l’écoute à chaque instant ? Pendant que le brouhaha extérieur petit à petit se tait ? 

Ce que je sais, néanmoins c’est que pour qu’une expérience soit pleinement vécue j’ai besoin de mon côté de la partager ; c’est que depuis le début de la semaine, je suis en mode ralenti, que j’ai eu plaisir chaque matin à pratiquer avec ma mère ici chez eux, que j’ai eu plaisir à feuilleter les livres de cuisine pour nous permettre d’avoir à chaque repas des assiettes colorées, équilibrées qui font d’abord du bien aux yeux au coeur avant de faire du bien à l’ensemble de notre organisme, que j’ai eu un immense plaisir à vous retrouver « à travers » les écrans pour chacune des pratiques, que je vous remercie pour chacun des messages reçus après les pratiques qui me font chaud au coeur & qui me confortent dans l’idée que c’est important que je propose ces moments pour que nous puissions nous retrouver, car vous en avez besoin & envie ! Que réaliser un immense mandala avec les enfants de ma soeur pendant toute une après-midi a certainement été le cadeau de ma semaine, de voir qu’ils pouvaient se prendre au jeu, avoir envie de réaliser quelque chose ensemble, que mes parents participent également, m’a fait chaud au coeur. Alors non je ne dirai pas « c’est génial cette période ça me fait revenir à l’essentiel », cet Essentiel je le vis chaque jour même si j’ai une vie bien occupée et pleine de projets, puisque je suis entourée d’Amour, de personnes, de pratiques qui m’y ramènent. Par contre une chose est sur cette période me permet de m’éloigner de mon écran, me permet de ralentir et à la fois de semer et de faire germer la suite ! 

Alors je vous remercie pour votre patience car non je ne réponds pas aussi vite qu’avant aux messages, aux emails, aux sollicitations, et c’était déjà quelque chose depuis la fin d’année dernière que je cherchais à modifier, à changer, que j’ai déjà partagé avec vous. Mon téléphone est en silencieux les jours où je « donne pas cours », et je vis ça magnifiquement bien ! Comme un vent de Liberté !

Une chose est sure c’est que comme je disais à l’équipe du Festival ce matin, je suis là, et nous sommes inter-connectés, avec des Facebook live ou non, nous sommes inter-connectés, et chacun de son côté, je crois, peut cultiver cette connexion à l’autre dans son quotidien grâce à ses actions.  Vous trouverez ci-après le programme des prochaines semaines, établi jusqu’au 23 avril !Si nous pouvons reprendre avant j’en serais ravie mais en attendant j’avais besoin de poser les choses sur le calendrier, pour continuer à me donner de l’espace, et pouvoir vivre chaque instant « au présent » le plus possible avec autant de liberté que j’ai envie de m’accorder.

Merci pour ce temps que vous m’avez accordé,

Merci de votre écoute, et à tout bientôt, Cécile 🙂

Pour lire la suite, cliquez ici